FAQ advice ask billing book carrier cart cb chevron-bottom chevron-left chevron-right chevron-top clock close contest discount facebook fax gift google-plus instagram key laboratory lazy-mini-cart-row lazy-mini-product-content lazy-product-image letter loader-sanareva loader-santediscount logo-en_gb-mobile logo-en_gb logo-es_es-mobile logo-es_es logo-fr-mobile logo-fr logo-it_it-mobile logo-it_it logo-pt_pt-mobile logo-pt_pt logo-ru_ru-mobile logo-ru_ru logo-sanareva logo-santediscount mark menu mini-price minus new-en_gb new-es_es new-fr new-it_it new-pt_pt new-ru_ru package packet payment phone pinterest plus post promotion-product-percent promotion-ticket purchase-order referrer review sav savings search security selection-automne selection-changement-dheure selection-ete selection-fetes selection-hiver selection-idees-cadeaux selection-luxe selection-minceur selection-minis-prix selection-noel selection-printemps selection-rentree selection-saint-valentin send-mail share shipping_method sign-check sign-minus sign-plus star-half star ticket twitter user validation vkontakte www
allergie-au-pollen

Allergie au pollen, nos solutions pour bien vivre l'arrivée du Printemps

Allergie au pollen

Les beaux jours arrivent et la douceur s’installe. Le pollen lui aussi fait son grand retour avec les allergies qui s’en suivent.
Les pollens peuvent provenir d’arbres (bouleau, noisetier), de graminées (foin, plantain) ou d’herbes (ortie, armoise).


⋅ Quels sont les symptômes de l’allergie au printemps ?
Cela dépend du degré d’allergénicité et de la sensibilité immunologique aux pollens de la personne mais l’on retrouve souvent : nez bouché, éternuements, yeux qui piquent, gorge qui gratte, asthme, urticaire…

L'allergie printanière est de plus en plus fréquente, elle concerne près d’une personne sur 5 en France. Ce problème de santé n’est pas anodin et il est conseillé de consulter un médecin si l’on remarque un ou plusieurs de ces symptômes.

⋅ Comment savoir si je suis allergique  au pollen ?
Le diagnostic de ce que l’on appelle “rhume des foins” se fait chez un allergologue avec une prise de sang ou des tests cutanés.



▶ Prévention

Adopter les bons réflexes au quotidien contribue à réduire les risques d’allergies aux pollens :

  • Aérer la maison chaque jour, tôt le matin ou tard le soir pendant au moins 30 minutes
  • Ne pas sortir les cheveux mouillés
  • Ne pas laisser le linge à sécher dehors
  • Prendre une douche tous les soirs en se mouillant les cheveux
  • Garder les fenêtre fermées en voiture
  • Toujours avoir son inhalateur avec soi en cas de gêne
  • Changer de vêtements quotidiennement
  • Changer les draps chaque semaine
  • Eviter l’exposition aux produits irritants comme le tabac, les solvants ou l’alcool qui ont tendance à sécher la peau et la rendre plus vulnérable face aux allergènes.

Suivez les prévisions de pollinisation grâce au RNSA (Réseau National de Surveillance Aérobiologique). Ce réseau a pour objet principal l'étude du contenu de l´air en particules biologiques pouvant avoir une incidence sur les risques allergiques pour la population.



▶ Traitement

Les gestes préventifs peuvent être insuffisants pour certaines personnes. Une prise en charge thérapeutique est alors nécessaire et il faudra suivre un traitement spécifique selon les symptômes et leur intensité. Traitement par voie orale, par voie locale, ou encore désensibilisation : à chacun sa solution !

  • Si vos yeux sont rouges, irrités ou larmoyants, les collyres aux principes actifs agissent immédiatement.
  • Si votre nez coule, démange ou s’il est bouché, le spray nasal agit localement et soulage
  • Si plusieurs signes persistent, il existe des comprimés aux antihistaminiques qui offrent une action plus générale.

Pensez aussi à l’aromathérapie : elle apporte des solutions naturelles et extrêmement efficaces. L’allergie au pollen est une inflammation liée au système immunitaire, il faut donc privilégier les huiles essentielles antispasmodiques et anti-inflammatoires telles que l’huile essentielle de lavande, de camomille, de menthe poivrée ou d’estragon.



Vous l’aurez compris, le traitement de l’allergie passe d’abord par l’éloignement des substances allergisantes lorsque c’est possible. Si la gêne est encore présente, il est vivement conseillé de consulter un médecin avant d’entreprendre un traitement.

Allergies de printemps
Par
Besoin d'aide
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience et la rendre plus efficace.